Le monde dans les yeux d’Emilie

Véritable enfant du pays Niortais, Emilie Delugeau a fait de la photographie son art de prédilection, pour nous faire voir le monde à travers ses yeux.
Domiciliée à Berlin, elle est de retour à Niort pour installer deux de ses collections à la Villa Perochon.
Entre bizarrerie et émotions, elle nous invite au voyage dans son intimité et celles de ses sujets à travers des photographies baignées de lumières et d’une atmosphère éthérée. Petit entretien avec l’artiste, à la veille du vernissage.

"Quand j’étais petite je rêvais de devenir Marguerite Duras, mais la photo c’était plus facile."

Passionnée par les arts et la littérature, Emilie Delugeau l’est depuis l’enfance.
Et à l’écouter, la ville de Niort n’y est pas pour rien : « Je pense que ça vient surtout de mon enfance à Niort. Et de l’accès à la culture qui était extrêmement privilégié. Je me suis cultivée très tôt en allant au Moulin du Roc. J’allais tout le temps à la bibliothèque, lire des livres pour moi c’était vraiment une chance. J’ai découvert la culture là-bas. »

C’est donc tout naturellement qu’Emilie Delugeau adopte cette carrière d’artiste. Et parmi les rencontres qui l’ont influencée dans cette voie, c’est celle avec le photographe Luc Delahaye qui lui a ouvert les yeux sur son envie de créer des œuvres visuelles : « Cette rencontre a tout changé pour moi. Elle a été déterminante. Quand j’ai discuté avec lui, j’ai eu l’impression de devenir intelligente. »

"La photo, c’est un outil de communication formidable. C’est plus facile de rentrer partout et de parler avec tout le monde quand on a un appareil photo. "

Un peu plus tard, désormais adulte et diplomée de l’École Nationale Supérieure de la Photographie de Arles, c’est à Berlin qu’Emilie Delugeau s’installe. Cette ville à l’identité si singulière lui offre un univers cosmopolite et riche de culture, qui n’a de cesse d’inspirer ses projets : « J’y suis arrivé un peu par hasard en suivant un ami parce que j’avais envie de voyager. J’ai connu la période des squatts il y avait une grande liberté, c’était très cosmopolite et très accessible. »

Là-bas, elle se découvre réellement en tant qu’artiste et développe son propre style, en injectant dans son travail une forme d’expression bien personnelle : « Pour moi, la création c’est toujours cathartique, c’est toujours une recherche sur son rapport à soi-même et aux autres. C’est aussi une façon de réinventer le réel. »

Talentueuse et parlant couramment le langage universel de l’art, elle expose ses œuvres dans le monde entier, de l’Allemagne à la Slovénie, en passant par la Pologne, l’Irlande, le Mexique et l’Italie.

Mais c’est à la Villa Perochon que l’évolution de cette enfant timide devenue artiste prolifique prend tout son sens : « Quand j’étais étudiante, j’ai fait la connaissance de Patrick Delat (co-fondateur et directeur artistique de la Villa Perochon, ndlr). C’est grâce à lui que j’ai développé mes premières photos argentiques au labo de la MJC. » Une technique avec laquelle elle continue de travailler encore aujourd’hui.

"J’aime travailler à l’argentique. Ça a l’avantage de la lenteur et de la matière. "

Emilie Delugeau expose cet automne deux collections à voir absolument à la Villa Pérochon :
Zuhause, la première, expose avec pudeur l’intimité de sa vie et de son foyer à Berlin. Les lieux qu’elle fréquente, les lumières des heures indues, les visages de l’enfance qu’elle explore à travers sa fille, bref, son quotidien dans le plus simple appareil, mis en valeur par son œil d’artiste.

Cabaret, quant à elle, dépeint une interprétation du masque social et de sa représentation sous la forme presque folklorique du déguisement, qu’il soit du quotidien, ou bien parfois même clownesque. Le tout infusé d’un sentiment de bizarre et d’étrange.

"Avec mes photos, je suggère un monde. Mais derrière, il n’y a peut-être pas d’histoire."

Crédits :
 
 
Exposition à voir à la Villa Perochon jusqu’au 31 décembre 2022
 
Interview et texte par @mel.bguier
Crédit photo : @lambert.davis