De sport et d’esprit

Échanges au sommet entre trois experts niortais du sport de haut niveau. La hockeyeuse Déborah Iszraelewicz – plus de 200 sélections chez les Bleues – Michel Langlois ancien kiné de l’équipe de France de golf et Emmanuel Zacchéo médecin de la Fédération française de football auprès des U17, co créateur du Niort Pôle sport et santé. Immersion dans la performance.

De sport et d’esprit (Médecine du sport)

Déborah, comment as-tu réalisé que tu avais des prédispositions exceptionnelles pour le hockey-sur-glace ?
Quand j’ai commencé, à l’âge de 10 ans, je jouais avec les garçons. J’étais du même niveau qu’eux. Les filles du club avaient 16 ans. Le chemin était long avant de pouvoir intégrer une équipe féminine. Mon père était président du club et s’était arrangé avec les autres responsables pour que je joue avec les garçons. J’avais les cheveux courts, les arbitres étaient prévenus mais ne voyaient pas la différence. Quand j’ai fait mes premiers tournois en présence de filles de l’équipe de France, je me sentais proche de leur niveau, je me disais qu’il serait possible d’y arriver.

As-tu toujours joué à Niort ?
Jusqu’à l’âge de 16 ans puis je suis partie au club de Cergy-Pontoise. Le coach était aussi sélectionneur de l’équipe de France. On se disait que ce serait une porte d’entrée. Beaucoup de choix dans ma vie ont été dictés par le hockey… Il n’y avait pas d’internat, je logeais chez l’habitant.

As-tu le souvenir d’un staff technique qui t’a permis de progresser ?
Au tout début, on n’avait pas de préparateur physique, juste un programme comme ça. Dès qu’on a eu un préparateur attitré, on a commencé à avoir des résultats. C’était avec l’équipe de France. Dans les clubs il y en a très peu. Ça reste du sport au féminin…

« Le psychologique et le mental ont toujours été la crainte des coaches sportifs qui aiment bien tout maitriser. »

Emmanuel Zacchéo

Au-delà du soin traditionnel physique, suivez-vous des formations de management pour sportif, axées sur le mental notamment ? 
Emmanuel Zacchéo : Je ne suis pas formé à ça mais je suis curieux et j’écoute. Il y a toujours des idées à prendre. Le psychologique et le mental ont toujours été la crainte des coaches sportifs qui aiment bien tout maîtriser. Ce sont des anxieux de nature. Quand on commence à leur parler de ça et qu’ils sentent que leur joueur va être pris en charge par quelqu’un d’autre, ils craignent que ça leur échappe. Il est délicat d’imposer un psychologue à un staff. C’est risqué de se mettre en porte-à-faux avec le coach.

Michel Langlois : Dans le golf, ça a commencé il y a 30 ans avec la sophrologie dans les stages nationaux. Aujourd’hui, en équipe de France, il y a un préparateur mental. Au golf comme au tennis, deux sports individuels, c’est intégré. Le plus dur dans tous les staffs, c’est que chacun reste à sa place. Ici, le chef d’entreprise c’est le sportif. Le coach est au service du joueur.

On a le sentiment que la santé mentale demeure un tabou dans le sport.
EZ : Je ne pense pas qu’on puisse parler de tabou, ça dépend du contexte. Michel a affaire à des sportifs individuels qui mènent leur carrière. Ils ont tendance à multiplier les intervenants pour être sûr de ne manquer de rien. J’ai toujours plutôt travaillé dans les sports co. Ici, c’est le coach qui dirige. Il n’est pas possible qu’il ait autant de voix en face de lui qui prennent des décisions.

ML : Dans l’évolution de la préparation mentale, on est passé de rien, à un peu de sophrologie, à un travail mental spécifique au sport. Le discours de Meriem Salmi, la préparatrice de Teddy Rinner, est intéressant à ce sujet. Elle dit qu’avant de soigner un sportif, elle soigne un individu afin de le mettre dans les meilleures dispositions possibles avant la pratique de sa discipline. La préparation mentale uniquement orientée sport est minime en fait.

EZ : Je pense qu’on a trop souvent recours aux psys quand ça ne va pas. Alors que l’intervention pourrait se faire en amont. C’est quand ça va bien qu’il faut travailler, quand on est dans le confort. Avant de se préparer spécifiquement à une rencontre sportive, il faut d’abord que le terrain soit bon.

La préparation mentale est-elle très présente dans le hockey féminin ?
DI : Aujourd’hui oui. Au pôle féminin de Cergy-Pontoise, une psychologue suit les filles. Elles ont beaucoup de choses à affronter. Elles sont jeunes, elles arrivent des quatre coins de France, ont une charge d’entraînement plus importante et sont moins en réussite que dans leur club. Le suivi est important.

Et dans le golf ?
ML : Le travail du coach technique est corrélé à celui de la psychologue. C’est elle qui lui dit si le sportif est en phase réceptive pour intégrer de nouveaux éléments, ou s’il faut travailler autre chose comme le foncier, l’entretien.

EZ : En cela nos contextes sont très différents. Tu ne peux pas tricher en sport individuel sinon tu vas te mettre une balle dans le pied en tant que ton propre patron. Alors que si je commence à dire à l’entraîneur de mon équipe que je suis crevé, je ne jouerai pas le prochain match. Ce n’est pas simple, les joueurs ont tendance à cacher les choses.

Comment se place le staff médical dans une équipe ?
ML : Le staff médical a toujours un rôle particulier, placé entre le joueur et le coach. On doit avoir la confiance des deux, sans trahir quiconque. On doit être les confidents tout en gardant la distance… L’expérience est utile pour savoir rester à sa place.

EZ : Le kiné occupe une place prépondérante car il dispose de beaucoup de temps pour être à l’écoute. Le staff médical est souvent en bisbille avec les coaches au sujet des lendemains de match. Les techniciens préconisent du repos, de l’éloignement. Alors que pour nous c’est justement le meilleur moment pour choper des infos. Les sportifs se détendent, se libèrent, sont désinhibés.

« Je me suis pétée les croisés à 17 ans. On m’a annoncé que je devais me faire opérer. Pour moi ça signifiait fin de carrière. »

Déborah Iszraelewicz

De sport et d’esprit (Médecine du sport)

Déborah, te souviens-tu de ta première grosse blessure et l’état mental dans lequel cela t’a plongé ? 
Je me suis pétée les croisés à 17 ans. J’étais déjà partie à Cergy. C’était en décembre. J’avais fait les trois mois de début de saison et là coup de massue ! On m’a annoncé que je devais me faire opérer. Je ne m’y attendais pas et pour moi ça signifiait « fin de carrière ».

« Sur le coup je pense que tu ne tires aucun point positif d’une blessure. Mais avec un joueur sorti de l’obligation de performance, tu peux en profiter pour travailler en profondeur. »

Comment un staff médical appréhende la blessure ? Est-ce toujours négatif ou est-ce que cela peut permettre à un sportif de se régénérer pour revenir plus fort ?
ML : Sur le coup je pense que tu ne tires aucun point positif d’une blessure. Cependant, du point de vue kiné, avec un joueur sorti de l’obligation de performance permanente, tu peux en profiter pour travailler en profondeur. Tu peux récupérer quelqu’un d’attentif, d’ouvert. Un gamin qui va bien est inaccessible à tout conseil de prévention par exemple. Les parents, l’agent, le coach, personne ne veut entendre.

EZ : S’il faut passer par une blessure pour mettre en place des moyens pour aller mieux, c’est l’aveu d’échec. C’est qu’on n’est pas capable de passer les bons messages. Je pense qu’on pourrait bosser en amont. Souvent on oriente tout autour de la performance, dans le foot notamment et on demande au médical de colmater avec le temps qui reste…

Vous avez tous les trois l’équipe de France en commun. Déborah tu as 200 sélections comme joueuse, Michel et Emmanuel vous êtes dans des staff internationaux. Racontez-nous votre premier contact avec ce Graal.
DI : Mon premier stage avec l’équipe de France s’est déroulé à Albertville, où avaient eu lieu les JO en 1992. Mes parents étaient venus. Le fait de porter le maillot, d’être intégrée au groupe, c’était énorme ! Mais ce n’est pas un aboutissement. Il faut pouvoir y rester donc ça demande encore du travail. J’y suis restée 14 ans, j’en ai même été capitaine.

ML : En golf, l’équipe de France marque le début d’une carrière pour les joueurs. Un passage vers le monde professionnel. C’est plus un Graal pour le staff. Je me souviens que je visitais le musée Guggenheim, complètement sorti du sport, quand j’ai reçu un coup de fil du capitaine. J’ai sollicité l’avis de ma femme qui m’a dit « mais vas-y tu baves déjà ». J’ai fait mon premier CV et j’ai été choisi parmi 10 candidats. Ma connaissance du haut niveau golfique a joué en ma faveur. Je partais pour 3 ans maximum. Ce n’est pas quelque chose que tu peux vivre trop longtemps.

EZ : Pour moi, c’est arrivé au moment de la cassure avec les Chamois. Je me souviens de ce que je faisais au moment du coup de fil… Le fait que la fédé m’appelle m’a fait du bien. J’avais été meurtri. Ça a été comme une thérapie. Après, tu as le frisson de la première Marseillaise… Tu penses à ceux qui t’ont construit pour en arriver là.
C’est une exigence différente qui change des standards habituels de médecin libéral. Tu n’es plus le boss, tu es un membre du staff. Du médical tu en fais un peu, mais tu es surtout chargé de l’intendance. Tu dois être au courant de tout. On effectue surtout un travail de préparation. On ne soigne pas, on n’a pas le temps.

ML : En tant que kiné, tu es toujours le premier levé, le dernier couché et tu bouches tous les trous. Dès qu’il y a un truc c’est pour le kiné. Je me souviens de mes premiers championnats du monde. On est parti pour 12 jours et j’en ai mis 15 pour m’en remettre. Je voulais vraiment le faire à fond. Ces postes nécessitent énormément d’énergie, de fraîcheur. On est peu dans le soin, beaucoup sur la récupération.

DI : J’aimais bien aller chez le kiné en équipe de France. C’est un peu le psy, on passe de bons moments.

Michel Langlois

On parle beaucoup de l’accompagnement des sportifs après leur carrière. Déborah, comment s’est passée la fin avec l’équipe de France ?
DI : Ça s’est arrêté sur blessure. Je me suis refait les croisés sur mon dernier match. On dit qu’il faut se préparer, moi je n’étais pas du tout prête. Je suis tombée enceinte, ça m’a un peu aidé. Mais j’ai eu du mal à tourner la page.

Quand vous soignez un sportif, pouvez-vous déceler les signes de sa fin de carrière ? Comment ça se dit ?
EZ : Ce ne sont pas les situations les plus compliquées. En général, le sportif sait déjà qu’il est sur la fin, sa carrière est derrière lui. Mais le plus dur, c’est de devoir dire à un gamin de 17 ans « ne t’engage pas, tu n’as pas le corps pour ». C’est parfois très difficile de donner le bon conseil.

Emmanuel, en plus de ton travail auprès de la FFF, tu es à la tête du Niort pôle sport et santé près du stade René-Gaillard. Une belle aventure.
C’est l’aboutissement d’un projet de 4 ans. Une aventure humaine. L’alignement des planètes qui a conduit au rapprochement de compétences de gens qui travaillaient déjà ensemble : kiné, podologue, ostéo… On voulait apporter la proximité pour faciliter les échanges et la prise en charge des patients. Je peux travailler avec l’équipe de France en parallèle.

Making of 

Durée : 1h20

Ambiance : copains attablés, conversation à bâtons rompus

Habileté : Rien à dire, sinon que notre photographe a cassé pas mal de verres en nous tournant autour

 

CRÉDITS

Interview : @Charles Provost

Texte : @Karl Duquesnoy

Crédit photo : @Realkafkatamura

@Niort Pôle Sport et Santé