Anne Paceo, la technique musicale au service de l’émotion

La passion n’attend pas le nombre des années. La musicienne Anne Paceo en est la preuve, et ce depuis 1994. Et c’est la petite niortaise, passionnée par la batterie, que nous retrouvons 27 ans et 9 albums plus tard. Sa musique, profonde, immersive et résolument personnelle, mélange inspirations spirituelles, musiques du monde et écriture cathartique. Zoom sur sa carrière et sa musique, lors de son passage l’été dernier au Niort Jazz Festival.

Anne Paceo

Batteuse depuis l’âge de 10 ans, la légende raconte que ce sont les deux premières années de sa vie passées en Côte d’Ivoire, bercées par le rythme des percussions du village, qui l’ont poussée vers cet instrument. Mais au-delà la batterie, c’est la musique dans son entièreté qui passionne Anne Paceo : « On a souvent l’image du batteur technicien, qui ne fait pas de musique, qui tient le tempo, mais en fait, pour moi, la batterie est un instrument mélodique. Et comme je suis également compositrice, je me sens musicienne avant toute chose. ».

Arrivée à Paris à 12 ans, le jazz s’est invité dans sa vie par surprise : « Je me disais que le jazz c’était pour les vieux, mais en fait, j’ai adoré. » nous avoue-t-elle en citant Sonny Rollins et Miles Davis parmi les premiers musiciens qu’elle ait étudiés et qui ont éveillé en elle sa vocation.
Depuis, l’adolescente a bien grandi et l’artiste accomplie qu’elle est devenue sillonne désormais le monde avec ses diverses formations, distillant sur son passage des mélodies à la fois précises et éthérées, puissantes et aériennes.

 

« Le jazz c’était un hasard total !  »

 

S.H.A.M.A.N.E.S, son 9ème album, est une preuve supplémentaire de l’identité musicale qu’elle a su créer, empreinte d’inspirations spirituelles et de profondeur personnelle. « Je me suis toujours intéressée au chamanisme et quand mon grand-père est décédé, je me suis demandé où était allée son âme […] le chaman est un intercesseur entre le monde des vivants et les esprits » explique-t-elle lorsque l’on s’enquiert du titre de son dernier album.

Pour elle, la musique a cet aspect magique : « Quand j’écris une mélodie, j’ai l’impression que c’est une voix qui me la susurre à l’oreille. »
C’est pourquoi les langages s’y entremêlent sans frontière. Des textes en anglais, en français ou même en espagnol, Anne Paceo écrit comme elle le ressent : « Quand je compose, j’entends des mots. Parfois c’est du yaourt, et parfois il y a des mots évidents qui ressortent. »

Anne Paceo

Pour Anne Paceo, la musique a une dimension résolument personnelle, et de ses années de conservatoire, elle ne garde sa technicité que pour la mettre au service de ses émotions et composer des morceaux qui résonnent en elle comme un exutoire. Au sujet de l’écriture de S.H.A.M.A.N.E.S qu’elle décrit comme très autobiographique, elle explique : « J’ai vécu des choses très compliquées et écrire de la musique était une nécessité. Mais quand on touche le fond, on ne peut que remonter, et l’écriture de cet album a été comme une renaissance, mais dans une nouvelle peau. ». Et cette nouvelle peau, elle l’a façonnée au contact de la nature, en observant notamment la naissance du printemps, et en se reconnectant au vivant, à la manière d’un chaman. Et c’est de ce mélange d’énergies qu’est empreint cet album.

A l’écoute de la musique d’Anne Paceo, on a parfois l’impression de voyager à travers des mondes à la fois lointains et irréels. Et pour les imaginer, Anne écoute, s’inspire, s’imprègne : « J’ai joué dans 45 pays différents, et quand je voyage, j’aime bien découvrir la musique locale. » Mais ce mélange des genres n’est pas vraiment réfléchi. Elle aime à laisser infuser ces inspirations et rejaillir ou non dans son écriture musicale : « Je pense que ces inspirations sont présentes dans ma musique mais qu’à l’écoute, on ne sait pas exactement les identifier. Et j’aime cette zone de flou. ».



« Pour moi, jouer de la musique c’est quelque chose de spirituel, qui me dépasse, c’est plus grand que moi. »



Artiste complète aux inspirations éclectiques, elle partage avec nous ses envies et aspirations pour le futur : « J’ai fait plusieurs concerts avec des rappeurs et je crois que j’ai envie de pousser dans cette direction, c’est ça qui m’appelle. Je pense que ça va surprendre les gens, surtout après S.H.A.M.A.N.E.S qui est très solaire, très aérien. »

A la veille de sa prestation à La Coursive, Anne Paceo décrit son expérience de la scène comme une discipline aux antipodes de son processus créatif : « Pour moi, écrire c’est vraiment une expérience intérieure, et quand je joue, je donne le plus possible et j’ai envie de partager. ».
Et pour tous ceux qui assisteront à sa prestation sur la scène de La Coursive, nul doute qu’elle aura transmis toute son énergie, sa technique et sa sensibilité.