Géraldine Laurent

1er Langage

Son dernier album Cooking, a connu un succès d’estime important. Lauréate des Victoires du Jazz 2020 dans la catégorie album de l’année, figure incontournable du Jazz Français et niortaise d’origine, nous ne pouvions pas passer à côté de Géraldine Laurent.

Géraldine Laurent

Alors ce Niort Jazz festival ? Votre avis ?

Très bien, j’y ai joué le 1er juillet. J’ai été ravie de revenir dans ce cadre très beau. Il est fait pour un festival. C’était très bien organisé avec une belle programmation. C’est ce qui manquait un peu dans la région.

Vous vous attendiez à un tel succès ?

Je suis très surprise par la critique des journalistes, du public… Une sortie de disque n’est jamais très évidente, surtout quand tu sors un album tous les quatre ans ! C’est un peu quitte ou double. Je suis ravie de ce succès pour moi, pour les musiciens avec qui je travaille et pour le label qui fait un boulot formidable.

Malgré votre longévité et votre succès, les victoires,… le jazz reste méconnu du grand public… Comment l’expliquez-vous ?

Le jazz n’a jamais été médiatisé en France, pourtant le rock n’existerait pas sans lui. C’est beaucoup plus répandu dans la culture anglaise. C’est devenu un peu comme la musique classique, les gens s’ennuient vite. Heureusement, il y a des gens comme Dutronc qui vulgarise un peu ça.

A quel moment vous vous êtes dit « je vais en faire ma vie ? »

Jamais je ne me suis dit que j’allais vivre de ça. Je voulais juste essayer de voir si je pouvais jouer. Je suis revenue à Niort quand je continuais mes études à Poitiers, j’ai repris les cours avec Floris, c’est là où j’ai recommencé le saxophone sérieusement. Je voulais jouer du jazz. Il se trouve que j’ai pu en vivre et tant mieux. Pour moi on ne fait pas de la musique pour devenir intermittent, on fait de la musique par nécessité. Moi c’est mon premier langage.

Géraldine Laurent

« On ne fait pas de la musique pour devenir intermittent, on fait de la musique par nécessité. »

Votre avis sur la musique électro qui ajoute des touches de jazz ?

Ce n’est pas quelque chose auquel je touche, je suis plus musique traditionnelle avec un côté acoustique, un truc un peu fragile, mis à nu. Mon instrument c’est un peu la suite de ma voix, c’est quelque chose de pur. Je suis plus axée sur les musiques électriques, du type hard rock (rires) ou même hip-hop.

Quel disque de Jazz recommanderiez-vous à un novice ?

Je ne suis peut-être pas la bonne personne pour ça car je n’écoute que des vieux trucs. Mais il faudrait peut-être prendre un disque de chaque période. Tous les 10 ans il y a des cycles. Il faut écouter du Charlie Parker, Louis Armstrong, Duke Ellington, Miles Davis, Frank Sinatra.

Album : Cooking (GAZEBO/L’AUTRE DISTRIBUTION)

@GeraldineLaurentOfficiel

Séance photo : @mediatheques.niortagglo.fr

Crédit photo : @realkafkatamura