Festival En Vie Urbaine

De passage à Niort pour le festival En Vie Urbaine, nous nous sommes penchés sur le cas de Luidji, jeune rappeur repéré il y a quelques années.

Festival en vie urbaine

Luidji, un rappeur mais pas seulement, « je fais du rap, de la soul ou de la variété française, en fonction de ce que j’ai à dire. ». Il refuse d’être « le nouveau quelqu’un », il ne se renferme pas dans une case et refuse d’être comparé aux autres.

Depuis la sortie de son premier album « Tristesse Business » en 2019, Luidji est bien ancré sur la scène musicale française.

En 2020, il continue sur sa lancée avec son EP « Boxolo Exedra ». Il y parle de ses relations passées, un sujet douloureux réparé par cet album, « c’est ma thérapie ».

Festival en vie urbaine

Il utilise des mots parfois crus chantés par une voix de velours. « Je suis cru, certes. Mais les darons et les daronnes m’écoutent. Il faut savoir utiliser les termes chocs intelligemment. Être cru pour être cru n’a aucun intérêt. » Pour la suite ? « Je suis presque sûr à 100% de ce que je vais raconter le prochain album, mais je pense que c’est encore trop tôt pour commencer à écrire. J’hésite à revenir vite, je n’ai rien vécu depuis. Mon premier album c’était un travail sur le passé, maintenant je dois apprendre à écrire sur le présent.»