En vert et pour tous

Niort a la main verte. Les initiatives « écolos » se multiplient mais c’est bien la création d’une réserve naturelle régionale en plein cœur de notre ville qui remporte la palme. Sur ce dossier, Thibault Hébrard mène la barque et à ses côtés, de nombreux partenaires dont le Marais Poitevin et plus particulièrement son président, Pascal Duforestel. Ce n’est donc pas pour parler de la pluie et du beau temps que nous les avons installés à la même table !

Niort Green City

L’auberge de la Roussille. L’endroit était tout trouvé pour échanger avec Thibault Hébrard, adjoint au maire de Niort en charge du développement durable et de l’environnement et Pascal Duforestel, président du Marais Poitevin. Ces deux là n’en sont pas à leur première entrevue ! « Ce sont les relations et les amis que nous avons en commun qui ont fait que nous nous sommes rencontrés et à la base c’était en dehors du cadre politique », entame Thibault. « On ne citera pas ces personnes pour ne pas les griller complètement », plaisante Pascal.

Niort Green City

On le sent tout de suite, une certaine complicité lie nos deux hommes et dans la réalisation de projets communs, c’est un atout.

Évoquons par exemple la création de la Réserve Naturelle Régionale (projet RNR) qui regroupera les marais de Galuchet-La Plante, les boucles de Chey, La Roussille et la Tiffardière.
Ce sera « la plus grande réserve naturelle en milieu urbain de France, un lieu unique »,  soulignent en chœur Thibault et Pascal, peu fiers.
Et la première en Nouvelle Aquitaine !  « C’est un dossier qui était déjà dans les tuyaux avant mon arrivée dans l’équipe de Jérôme Baloge mais j’ai un peu bousculé les choses pour que cette réserve voit le jour le plus rapidement possible. 

C’est quelque chose qui me tient très à cœur et c’est passionnant », explique Thibault. « Nous sommes d’autant plus motivés pour faire de ce projet une réussite que nous doublons la logique d’entrée du Marais Poitevin », précise Pascal. La première entrée étant à Port Boinot, début de la Sèvre navigable. 

Pour la ville de Niort, « le soutien du parc est indispensable pour que l’on puisse être accompagné par des experts, comme c’est le cas avec d’autres associations impliquées dans ce projet. Ensemble, nous avançons et travaillons en bonne intelligence », ajoute Thibault.

Pascal acquiesce. « C’est ainsi que les projets doivent se réaliser et que plus largement, l’écologie doit être pensée. Pour un vieux briscard de la politique comme moi, c’est plutôt plaisant de voir arriver des jeunes comme Thibault qui ne sont pas encore totalement formatés ».

« Les mentalités ont changé, les modes de consommation et de transport aussi »

Thibault Hébrard

Niort Green City

Enfant de la terre (un point commun avec Pascal), amoureux des sports de pleine nature, Thibault débarque en effet en politique. « Je ne me considère pas encore comme un vrai politicien car cela ne fait que deux ans que je suis engagé », s’amuse-t-il. 

Pascal sourit. « Je vais l’observer de près ». Il en a bien conscience, les idées foisonnent dans la tête de notre jeune élu qui souhaite faire de la ville de Niort, une vitrine verte, un exemple en matière de développement durable. 

« Je lance des projets mais je ne serai pas forcément là pour voir tous les résultats et en mesurer les bénéfices. Pour le moment, je vis les choses intensément et j’avance au jour le jour avec des objectifs à remplir sur les quatre années de mandat qu’il me reste ». 

Premier adjoint de la ville de Niort de 2008 à 2014 et président de la Communauté d’agglomération du Niortais en 2014, Pascal avait lui aussi lancé des projets pour rendre la ville plus verte mais il le reconnaît volontiers, « nous aurions pu aller encore plus loin si nous avions bénéficié, comme c’est le cas aujourd’hui, d’une prise de conscience généralisée sur l’écologie »

Il regrette notamment que des initiatives comme le Festival Teciverdi n’aient pas remporté le succès escompté !

«Notre rôle d’élus, c’est d’entraîner le plus grand nombre dans l’action, c’est de créer du compromis autant que possible.»

Pascal Duforestel

Un réveil écologique, c’est ce dont bénéficie en effet Thibault qui conçoit marcher sur les pas de ses prédécesseurs avec une petite longueur d’avance. « Il y a une évolution des consciences vis-à-vis de l’écologie d’autant plus depuis la crise liée au COVID. 

Les mentalités ont changé, les modes de consommation et de transport aussi. C’est un nouvel élan dont nous devons tirer parti ». L’écologie est culturelle, sociale, philosophique peut-être, voire poétique. 

C’est une pratique, un regard porté sur le monde. Que l’on soit de droite ou de gauche, l’écologie et au-delà, le développement durable, doit s’intégrer dans tous les projets. Il est donc du devoir de nos élus locaux de répondre aux problématiques qui existent depuis des dizaines et des dizaines d’années. Des problématiques comme le manque de pistes cyclables, justement, parlons-en ! 

« On ne peut pas aller aussi vite que la prise de conscience des gens. Il faut faire en sorte de tout concilier et l’un des enjeux c’est de faire patienter», rétorque Thibault qui sur un autre dossier comme l’éclairage public (extinction des feux à minuit dans certains quartiers), ne remporte pas l’adhésion de tous !

Niort Green City

Poussons le débat un peu plus loin. Pour 51 %* des Français sondés, c’est le pouvoir d’achat qui arrive en tête des préoccupations, alors que les prix de l’énergie flambent depuis la fin de l’été 2021.

Viennent en seconde position le système de santé (32 %) et l’environnement (30 %). Ce n’est donc pas très concret dans la tête des gens, l’écologie ? Faut-il envisager une solution plus radicale comme l’écologie punitive ? 

Pour Pascal, « la société souffre déjà de nombreuses fractures pour ne pas ajouter des heurts, des conflits et de l’antagonisme même pour défendre de nobles causes. Ce n’est pas le rôle des acteurs publics à mes yeux. 

Que les citoyens fassent preuve d’une certaine radicalité dans l’expression de leurs attentes vis-à-vis des questions climatiques, c’est tout à fait compréhensible. 

Que les lanceurs d’alerte sur ces enjeux manifestent indignation et impatience, c’est audible. Mais notre rôle d’élus, c’est d’entraîner le plus grand nombre dans l’action, c’est de créer du compromis autant que possible, c’est d’informer, de sensibiliser». 

Thibault a lui aussi son avis sur la question. « Je reste sceptique sur cette méthode qui aujourd’hui contraint plus les gens qu’elle ne les séduit. Je ne connais personne qui aime agir sous la contrainte. A l’échelle de notre ville, je suis persuadé que la transition écologique passe avant tout par des ateliers, des actions de sensibilisation et pédagogiques pour embarquer plus facilement la population avec nous. La RNR sera un outil important sur notre territoire pour avancer dans ce sens et aider notre population à prendre conscience de l’urgence climatique et de ses enjeux pour la protection de notre environnement. » 

Beaucoup d’espoirs reposent sur ce projet de RNR mais l’avenir du Marais Poitevin c’est aussi sa candidature au label Ramsar**, étape stratégique pour préserver et valoriser la multifonctionnalité de la zone humide. « Nous sommes aussi très occupés par le renouvellement du label Grand site de France qui concerne plus de 30 000 hectares et qui, si tout va bien, sera validé l’année prochaine. 

Il nous faut également défendre notre label, celui de Parc Naturel avec une fin d’instruction en 2026. » Et pour rendre le Marais Poitevin un peu plus sexy, pour le sortir un peu du cliché chasse, pêche et nature, une dimension artistique est venue se greffer depuis l’été 2021 sur le périmètre de cette future réserve. « Pars cours vers la mer » revient en 2022 pour surprendre les promeneurs sur le chemin de halage, de Port Boinot à la Roussille. Surprendre c’est bien mais (r)éveiller les consciences sur les enjeux climatiques et agir c’est mieux ! Le message est passé.

 * sondage IPSOS pour France inter/janvier 2022

**réseau mondial des zones humides

Making of

Interview par : Amelie FC

Lieu : Auberge de La Roussille à Niort

Durée : 1h30

Ambiance : Et au milieu coule une rivière.

Empreinte carbone: Ils auraient (presque) pu venir en vélo…

 

Crédits :

@Thibault Hebrard

@Pascal Duforestel

@Parc Marais Poitevin

 

Crédit Photos : @realkafkatamura