Cœur de moqueur

Deux fois annulé à cause de la crise sanitaire, le spectacle de Frédéric Fromet aura enfin lieu à Aiffres, le 5 février prochain à l’Espace Tartalin. “Frédéric Fromet chante l’amour”, c’est le titre de son spectacle mais ne vous attendez pas à ce qu’il fasse dans la dentelle !

Quel genre d’artiste es-tu ?

Je ne me considère pas comme un artiste, ce serait trop présomptueux. Un couillon à guitare qui écrit des conneries, c’est plutôt comme ça que je me définis. Et dans mes chansons, si j’ai une ligne de conduite, c’est de me moquer de tout et surtout de ceux qui se la pètent. J’ai bien sûr des thèmes de prédilection comme la religion, l’écologie et les chanteurs dépressifs mais je ne cherche pas forcément à éveiller les consciences. Néanmoins, je suis conscient que certaines de mes chansons peuvent provoquer des débats.

On peut t’entendre sur France Inter mais as-tu d’autres casquettes ?

Je bosse pour France Inter depuis 2013 mais avant ça j’écrivais déjà des chansons. Je tourne aussi pas mal en France pour les spectacles et ce, au gré des sollicitations. Donc je dirais que mes chroniques sur France Inter m’occupent quasi à plein temps. Le reste du temps, je cours, je cuisine et je lis beaucoup la presse. Et comme je n’ai pas de Smartphone (eh oui ça existe encore des gens non connectés), j’ai du temps pour réfléchir !

Tu parles de la presse écrite. Selon toi, est-ce encore un média d’influence ?

Personnellement, je lis beaucoup et de tout. Je suis abonné au Monde, je lis Courrier International, la presse satirique mais je fouine aussi du côté des médias dits de droite… Après, face aux réseaux (a)sociaux, comme je les appelle, j’ai bien conscience que la presse ne fait plus vraiment le poids et c’est déplorable ! Les réseaux sociaux fracturent et sont ultra clivants. C’est d’ailleurs affolant que grâce à ce canal d’info, de tristes personnages puissent être entendus…

Son emission

@fredericfromet.fr/