Chapelier Fou

« Je suis en train de vivre un rêve alors pourquoi l’arrêter »

Chapelier Fou en concert

 

Comment est né ce projet avec Ensemb7e ?

C’est impossible de faire des concerts assis quand tu fais de l’électro, ça gâche l’essence même du truc. J’ai fait ce qui était possible de faire avec les conditions sanitaires. C’est plus facile d’avoir un public assis avec de l’acoustique qu’avec de l’électro.

Pourquoi avoir décidé de ne pas mettre de machine et de se focaliser que sur les bois ?

C’est l’extrême opposé de l’électro, je voulais atteindre ces deux opposés, je ne voulais pas fermer les portes à d’autres genres musicaux. J’ai toujours eu ce goût pour les instruments traditionnels, ça faisait un moment que je pensais à plonger à nouveau dedans. Je voulais retourner aux fondamentaux, à une musique totalement organique et traditionnelle sans électricité.

Il n’y a presque pas de paroles dans tes morceaux, c’est quelque chose que tu envisages d’ajouter dans le futur ?

Je n’ai rien à dire pour l’instant, je ne veux pas me forcer, si un jour j’ai envie de dire quelque chose je le ferais.

Chapelier Fou c’est définitivement un groupe ?

Rien n’est définitif mais je suis en train de vivre un rêve alors pourquoi l’arrêter ?

Y’a quoi en ce moment dans ta playlist ?

En ce moment je suis à fond sur My Bloody Valentine, c’est un vieux groupe irlandais. Sinon j’écoute que des trucs anciens, c’est ce qui est le mieux !

 

Infos pratiques